Chabot / Chabod

Le père Chabod, marchand de couleurs, gravure dans Alexis Lemaistre, L’École des Beaux-Arts dessinée et racontée par un élève, 1889, p. 49
Le père Chabod, marchand de couleurs, gravure dans Alexis Lemaistre, L’École des Beaux-Arts dessinée et racontée par un élève, 1889, p. 49
marque à l'encre, 87 x 162 mm, au dos de Torse ou demi-figure peinte, Flavien Louis Peslin, 1869, ENSBA, Torse 89 : "CHABOD Suc.r de BOVARD / M.d DE COULEURS / & TOILES à TABLEAUX / RUE DE BUCY, 15." (photo Pascal Labreuche 2012)
marque à l'encre, 87 x 162 mm, au dos de Torse ou demi-figure peinte, Flavien Louis Peslin, 1869, ENSBA, Torse 89 : "CHABOD Suc.r de BOVARD / M.d DE COULEURS / & TOILES à TABLEAUX / RUE DE BUCY, 15." (photo Pascal Labreuche 2012)
marque à l'encre, (h) 77 mm, au dos de Paul Abel Lefebvre, Orphée et Eurydice aux enfers, concours d'esquisse peinte 1887, ENSBA, Esq p 169 : "CHABOD / Md. de COULEURS / TOILES à TABLEAUX / RUE JACOB, 20" (photo Pascal Labreuche 2012)
marque à l'encre, (h) 77 mm, au dos de Paul Abel Lefebvre, Orphée et Eurydice aux enfers, concours d'esquisse peinte 1887, ENSBA, Esq p 169 : "CHABOD / Md. de COULEURS / TOILES à TABLEAUX / RUE JACOB, 20" (photo Pascal Labreuche 2012)

Successeur de Bovard

Variantes orthographiques du nom : Chabot, Chabod

Attestations :

  • 1863-1876 : Chabot - 15, rue de Buci (aussi orthographiée "Bucy") (actuel 15, rue de Buci)
  • 1877-1887 : Chabot - 20, rue Jacob (actuel 20, rue Jacob)
  • 1888-1900 : Chabod - 20, rue Jacob

Commentaires :

  • 1855-1877 : bail commercial au nom de "Chabot, encadreur", de 1855 à 1877 pour le lot no 16 du 15, rue de Buci, au troisième étage avec fenêtres donnant sur la cour, consistant en un palier, un atelier et une pièce à feu. En janvier 1877, le bail passe à "Richard, ciseleur" (Archives de Paris, Contributions directes et cadastre. VI. 3. 3. D.1P4/ calepin des propriétés bâties)
  • 1867-1900 : annonce dans la seule rubrique "toiles à peindre" de l'Annuaire du commerce, absent des rubriques "couleurs"
  • 1869 (à partir de) : orthographié "Chabod" sur les marques de support
  • Chabod était un fournisseur régulier des élèves de l'Ecole des beaux-arts, toute proche de sa boutique, et rendait des visites tous les lundis et plsuieurs fois par semaine dans les ateliers de peinture, "une large boîte de couleurs sur le dos, un paquet de toiles sous chaque bras".
  • 1905 (14 juilet) : Cézanne commande de la laque brûlée de chez Chabod et du vert véronèse de chez Bourgeois

Biblographie :

  • 1889 : Lemaistre, Alexis, L’École des Beaux-Arts dessinée et racontée par un élève, lib. Firmin-Didot et Cie, 1889, p. 43-44
  • 1999 : Distel, Anne, Pakenham, Michael, Mohen, Jean-Pierre, et al.Un ami de Cézanne et de Van Gogh : le docteur Gachet, cat. exp. Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 28 janvier-26 avril 1999, New York, the Metropolitan museum of art, 17 mai-15 août 1999, Amsterdam, Van Gogh museum, 24 septembre-5 décembre 1999, Paris, RMN, 1999, p. 88
  • 2008 : Reissner, Elisabeth, "Ways of Making: Practice and Innovation in Cézanne's Painting in the National Gallery, National Gallery Technical Bulletin, vol. 29, 2008, p. 4-30
  • 2011 : Lobensztejn, Jean-Claude, Paul Cézanne. Cinquante-trois lettres, Paris, L'Echoppe, 2011, p. 69