Brullon

marque à l'encre, pochoir, 62 x environ 90 mm, au dos de Portrait de Anne-Robert Turgot, anonyme, commande de 1832, huile sur toile, diamètre 77,5 cm, Paris, Institut de France, Grande salle des séances : "A LA PALETTE D'OR / ancienne maison / REY. / BRULLON / Rue de l'arbre-sec / N.° 46 / A PARIS" (photo Pascal Labreuche 2001)
marque à l'encre, pochoir, 62 x environ 90 mm, au dos de Portrait de Anne-Robert Turgot, anonyme, commande de 1832, huile sur toile, diamètre 77,5 cm, Paris, Institut de France, Grande salle des séances : "A LA PALETTE D'OR / ancienne maison / REY. / BRULLON / Rue de l'arbre-sec / N.° 46 / A PARIS" (photo Pascal Labreuche 2001)

Brullon, successeur de Delarue Fils aîné, ancienne maison Rey

Enseigne : A la Palette d'Or

Dirigeants de l'entreprise :

  • Théodore Brullon

Attestations :

  • 1828-1846 : Brullon, A la Palette d'Or - 46, rue de l'Arbre-Sec (actuel 46, rue de l'Arbre-Sec)

Commentaires :

  • 1828-1837 : couleurs pour le bâtiment, dépôt de bitume de Lobsann
  • 1838 : désigné juré d'assises pour février 1838
  • 1838 (mars) : encart publicitaire dans La Presse : "Laques de Smyrne. Nouvelles laques de garance, l'une d'un jaune capucine, précieux pour les carnations et les glacis ; les autres du rouge le plus pur et le plus foncé ; les brunes remarquables par leurs tons chauds et vigoureux. Très solides et d'un prix proportionnellement inférieur à celui de toutes les autres laques de garance. Elles se trouvent broyées à l'huile chez Brullon, rue de l'Arbre-Sec, 43 ; Lefranc, rue du Four-Saint-Germain, 23 ; Ricois, rue des Beaux-Arts, 8 ; Fabrique de Mme Gobert, rue Blanche, 3."
  • 1840-1841 : laque de garance de Smyrne
  • 1851 : le renom de la maison Rey-Brullon est grand, car Balzac fait dire à un peintre à qui un élève médiocre demande conseil : "il vaut mieux laisser ses couleurs chez Brullon, et ne pas voler la toile aux autres" (Pierre Grassou, p. 48) et Théophile Gautier cite Brullon comme le fournisseur du père du héros de l'Album d'un jeune rapin (p. 127)

Bibliogaphie :

  • 1838 : La Presse, 2e année, 30 mars 1838, p. 4
  • 1838 : Le Constitutionnel, Journal du Commerce, politique et littéraire. Edition de Paris, no 14, dimanche 14 janvier 1838, p. 3
  • 1838 : La Gazette de France. Edition de Paris, lundi 15 janvier 1838, p. 2
  • 1844 (1855) : Gautier, Théophile, "Feuillets de l'album d'un jeune rapin", 1844, dans Gavarni, Paul (éd.), Le Diable à Paris - Paris et les Parisiens, Paris, Marescq et Compagnie et Gustave Havard, 1855, p.126-131
  • 1851 : Balzac, Honoré de, "Pierre Grassou. Au lieutenant-colonel d'artillerie Périollas", décembre 1839, Oeuvres illustrées de Balzac, Paris, Marescq et compagnie et Gustave Havard, 1851, p. 48-52
  • Labreuche, Pascal, "Les fournisseurs parisiens de toiles et châssis des années 1800 à 1880 : une étude à partir de peintures conservées au musée Condé", Le Musée Condé, n° 61, déc. 2004, p. 35-56
  • 2005 : Labreuche, Pascal, "La restauration des portraits de la Grande Salle des Séances. Genèse et remaniements du décor sous la monarchie de Juillet", dans Babelon, Jean-Pierre (dir.), Le Palais de l’Institut. Du Collège des Quatre-Nations à l’Institut de France, Paris, Nicolas Chaudun, 2005, p. 138-153
  • 2011-2015 : Labreuche, Pascal, Paris, capitale de la toile à peindre, xviiie-xixe siècle, préface de Jean-Pierre Babelon, Paris, CTHS/INHA, 2011, réimpression en 2015 (coll. "L’art et l’essai", n° 9)